2015-09-DiscGolf-Rigolet-Journal-de-Levis–p3

 

Un premier parcours de disc-golf Ă  LĂ©vis

Un premier parcours de disc-golf Ă  LĂ©vis

Troquer bâtons et balles de golf
pour des frisbees? VoilĂ  ce que
propose le disc-golf, un sport en
pleine expansion qui touche maintenant
Lévis alors qu’un premier parcours a été
installé cet été au parc du Rigolet, dans
le secteur de Saint-Romuald.

Par marianebergeron@journaldelevis.com

Le disc-golf est un sport très similaire au golf,
à l’exception qu’on y joue avec des disques.
L’objectif est donc d’atteindre une cible en utilisant
le moins de lancers de frisbee possible.
Une partie se joue sur un parcours oĂą plusieurs
cibles sont installées, chacune ayant des particularités
qui lui sont propres, comme des obstacles
Ă  contourner, des contraintes Ă  respecter,
des distances plus grandes ou des dénivelés.

Depuis la mi-juillet, un parcours de neuf paniers
est accessible dans le parc du Rigolet et
sur le terrain du Juvénat Notre-Dame. Chacun
de ces défis peut être réalisé à partir d’un départ
court et d’un départ long, ce qui permet
tant aux débutants qu’aux joueurs plus expérimentés
de trouver leur compte.

Le concepteur du nouveau parcours, Louis
Laroche, estime qu’après l’installation de paniers
dans deux sites sur la Rive-Nord (Mont-
Sainte-Anne et base de plein air de Sainte-Foy),
c’était au tour de Lévis d’avoir son terrain de
disc-golf. «C’est un sport qui est grandissant
et qui était absent à Lévis. C’est sûr que la demande
n’est peut-être pas là et qu’il faut la créer
un peu, mais il n’y avait aucune offre», explique
celui qui est également vice-président de l’Association
Disc Golf de Québec (ADGQ).

Pour le Lévisien d’origine, le parc du Rigolet
et le terrain du Juvénat Notre-Dame, en plus
d’offrir un magnifique point de vue sur le fleuve,
représentent un mélange «parfait» de lignes
ouvertes et de lignes boisées.

Il relate que le Service des sports et loisirs
de la Ville de Lévis a rapidement démontré son
intérêt à se joindre au projet, tout comme le
Juvénat Notre-Dame, dont les élèves pourront
utiliser les installations pour découvrir ce sport
en plein développement. Il faut dire que les
coûts de la mise en place d’un parcours sont
plutôt faibles. «Dans le disc-golf, on n’aménage
pas un terrain, on utilise un terrain. C’est très
différent du golf à ce niveau-là. Donc, les coûts
sont minimaux au niveau des aménagements»,
souligne le concepteur du parcours.

Louis Laroche ajoute que la porte est mĂŞme
ouverte à ce qu’un deuxième parcours, de
18 paniers, voit le jour sur les terrains de la
ferme Chapais si la Ville en devient propriétaire.
Rappelons que le site appartient toujours
Ă  Agriculture et Agroalimentaire Canada.

La sécurité à la base

Lancer des frisbees sur de longues distances
dans un parc public accessible aux familles
peut sembler périlleux, mais le représentant
de l’ADGQ assure que la sécurité est la plus
grande priorité des adeptes de disc-golf.
D’abord, selon les règlements, il est strictement
interdit pour un participant de lancer
un frisbee lorsqu’une personne se trouve
dans sa ligne de tir. Ensuite, pour certains départs,
quelques contraintes sont Ă©tablies afin
de contourner les endroits où les cyclistes etmarcheurs sont susceptibles de se trouver. «Le
design a été pensé en fonction des angles de
tirs», précise Louis Laroche, qui a notamment
dĂ» contourner le terrain de soccer du parc du
Rigolet lorsqu’il a conçu les neuf défis.
L’ensemble du parcours est accessible gratuitement
à la population. Les joueurs expérimentés
de disc-golf ont une collection d’une
dizaine de disques différents, qu’ils utilisent
en fonction du type de lancer souhaité, mais
il est possible de s’initier à ce sport avec un
simple frisbee.